COMMUNIQUES DE PRESSE

PRESSE N°006/2022 – AFFAIRE FRANÇOIS BEYA KASONGA EN RDCONGO : LA VSV   DEMANDE L’HUMANISATION DES CONDITIONS DE DETENTION DE CE DERNIER A L’ANR AU CAS OÙ ELLES NE LES SERAIENT PAS ENCORE

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’Homme (VSV) est vivement préoccupée par les informations lui parvenues au sujet de monsieur François BEYA KASONGA, Conseiller du Chef de l’Etat en matière de sécurité, Son Excellence Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO interpellé depuis samedi 05 février 2022 par l’Agence Nationale des Renseignements et détenu depuis lors par ce service de l’Etat. Selon la communication de la Présidence faite par le Porte-parole du Président de la République, le 08 février 2022 à la chaine nationale RTNC, cette interpellation concernait une matière relevant de la sureté de l’Etat et que les enquêteurs disposaient d’indices sérieux attestant d’agissements contre la sécurité nationale.

Tout en respectant les procédures suivies par l’ANR pour enquêter sur les affaires relevant de la sureté de l’Etat, il convient de souligner que les jours qui ont suivi l’interpellation du précité, des informations faisant état de sa détention dans de bonnes conditions ont circulé à la satisfaction des défenseurs des droits humains qui ont vu à travers cela le fonctionnement d’un Etat de droit en RDCongo. Il s’agit entre autres et à titre illustratif des visites des membres de famille, l’accès à un avocat, au médecin, etc.

Cependant, depuis quelques jours des informations contraires à ces allégations circulent et font état de la détérioration de l’état de santé de monsieur François BEYA et que ce dernier n’aurait pas droit aux visites des membres de famille, à un avocat, au médecin… Pire encore certaines voix s’élèvent et fustigent une détention prolongée alors que la procédure aurait dû suivre son cours normal en présentant l’intéressé devant une juridiction compétente pour qu’il réponde des faits lui reprochés en observant strictement tous ses droits dont ceux à un procès juste et équitable sinon sa libération pure et simple.

Face à cette confusion sur les conditions de détention de l’intéressé et dans le souci de promouvoir l’Etat de droit dont ne cesse de parler le Président de la République, la VSV demande aux autorités congolaises de tout mettre en œuvre pour humaniser les conditions de détention de monsieur François BEYA KASONGA qui demeure un être humain et ce, quels que soient les faits lui reprochés.

La VSV saisit cette occasion pour rappeler aux actrices et acteurs politiques congolais que le pouvoir en RDCongo doit être conquis par les voies démocratiques à travers des élections libres, démocratiques, inclusives et transparentes. Toute prise de pouvoir par la force ne pourrait que nuire à la démocratie et surtout à l’alternance politique pour laquelle des millions des congolais se sont battus dont certains jusqu’au sacrifice suprême en versant de leur sang suite aux balles tirées sur eux alors qu’ils avaient droit à la vie.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page