PRESSE N° 036 – 2018 RDCONGO : LA VSV DEMANDE AU GOUVERNEMENT UNE INTERVENTION URGENTE EN VIVRES ET MEDICAMENTS EN FAVEUR DE LA PRISON DE TSHELA DANS LA PROVINCE DU KONGO CENTRAL

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est vivement préoccupée et inquiète par le décès de cinq (5) détenus à la prison de Tshela, dans la province du Kongo Central, consécutivement à une diarrhée attribuée localement à la malnutrition qui sévit dans l’établissement pénitentiaire.

 

En effet, depuis vendredi 20 juillet en cours, il est déploré  la perte en vies humaines  de cinq (5) détenus à la prison de Tshela. Il s’agit de prisonniers ci-après : Messieurs Lukombo Longo, Fidèle Pambu, Kianga Lutambu, Tshilombo et Fi Papa non autrement identifié.

 

Construite en 1930 sous l’époque coloniale, la prison de Tshela dispose d’une capacité d’accueil de cent (100) prisonniers et héberge actuellement une centaine des détenus abandonnés à leur triste sort face à la maladie diarrhéique favorisée par la consommation des aliments impropres suite  au manque des vivres et des soins médicaux.

A cela s’ajoutent entre autres : l’insalubrité des installations hygiéniques, le manque  de matelas pour se coucher, l’insuffisance d’aération et d’éclairage dans les cellules ou locaux…

 

Dans ce contexte on ne peut plus préoccupant, la VSV saisit l’occasion pour fustiger la persistance des conditions carcérales infrahumaines souvent déplorées dans les établissements pénitentiaires de la RDCongo et ce, en violation des règles minima de détention des Nation Unies.

Privés de leurs libertés, les détenus ne demeurent pas moins des sujets de droit et à ce titre, il est exigé à chaque Etat, de les traiter avec dignité inhérente à la personne humaine.

 

Tout en réitérant ses profondes inquiétudes quant à la vie des détenus de la prison de Tshela, la VSV demande au :

 

  • Gouvernement provincial du Kongo Central de :
  • Envoyer d’urgence les vivres et médicaments à la prison de Tshela ;

 

  • Humaniser les conditions de détention en tenantcompte des conditions carcérales sus décrites ;

 

  • Garantir des soins médicaux adéquats aux prisonniers malades.

 

  • Gouvernement Central de :

 

  • Intervenir en urgence à la prison de Tshela pour mettre un terme à la malnutrition, à la diarrhée et à la carence des soins médicaux ainsi que les conditions infrahumaines déplorées ;

 

  • Procéder toutes affaires cessantes à l’humanisation des conditions de détention dans les différentes prisons à travers le pays en vue  de se conformer aux principes des Nations Unies en matière de détention.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *