N°008/2018 : INSECURITE GRANDISSANTE EN RDCONGO : LA VSV FUSTIGE LE SILENCE DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est vivement préoccupée par l’insécurité grandissante enregistrée dans plusieurs provinces de la République Démocratique du Congo. Les derniers cas en date sont  les massacres des dizaines des personnes dans le territoire de Djugu, province de l’Ituri et la mort non encore élucidée du père Florent Bulanthie Tulantshiedi à Ilebo, province du Kasaï Central dont le corps sans vie a été retrouvé au bord de la rivière Kasaï.

S’agissant des massacres de Djugu, il sied de relever que des dizaines des personnes dont des femmes et des enfants ont été massacrées à l’aide des armes blanches, plusieurs maisons ont été incendiées par des assaillants et de nombreuses personnes se sont déplacées fuyant ainsi  d’autres éventuelles atrocités.

 

Aussi, convient-il de souligner que les auteurs de ces massacres seraient porteurs des armes à feu et des armes blanches ainsi que des motorolla.

 

Quant au père Florent Bulanthie Tulantshiedi de  la Congrégation des Joséphistes, son corps sans vie et au visage méconnaissable a été découvert, vendredi 02 mars 2018, au bord de la rivière Kasaï. L’infortuné a été reconnu par ses effets personnels et surtout les habits qu’il avait portés mardi 27 février 2018 lors de sa sortie des installations de la Congrégation.

 

Pour la VSV, il est étonnant que le Président de la République Démocratique du Congo, garant de la nation garde souvent silence ou réagisse tardivement lorsqu’il s’agit de la perte en vies humaines des personnes alors que sous d’autres cieux ses homologues réagissent spontanément ou se déplacent  pour la perte en vie même d’une personne.

 

…/…

La VSV saisit cette occasion pour rappeler aux autorités rdcongolaises en général et plus particulièrement au Chef de l’Etat congolais qu’il leur incombe au premier chef, l’obligation  de protéger et sécuriser les populations civiles et leurs biens sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo.

 

Point n’est besoin de rappeler qu’il n’y a d’autorités ou de Président de la République que s’il y a une population ou des populations. Il est donc plus que temps que les autorités rdcongolaises en général et le Chef de l’Etat en particulier  apportent leur attention et considération dues à toute vie humaine quelle qu’elle soit.     

 

En définitive, la VSV invite les autorités rdcongolaises à :

 

  • Diligenter toutes affaires cessantes une enquête indépendante pour élucider les circonstances réelles de la mort du père Florent Bulanthie Tulantshiedi en vue de sanctionner sévèrement les commanditaires et exécutants ;

 

  • Renforcer matériellement et financièrement les militaires des Forces Armées de la RDCongo (FARDC) et les forces de l’ordre qui sont disséminées à travers toutes les provinces de la RDCongo en vue d’un rétablissement rapide de l’autorité de l’Etat sur toute l’étendue du territoire national;

 

  • Décréter un deuil national en mémoire des dizaines des populations massacrées à Djugu, province de l’Ituri ;

 

  • Assurer la prise en charge socio-médicale de toutes les personnes blessées;

 

  • Assurer la sécurité de tous les religieux et religieuses, des pasteurs et imams en général et surtout ceux qui sont engagés dans la promotion et protection des droits humains;
  • Indemniser les victimes ou leurs proches pour les préjudices subis.

Fait à Kinshasa, le 05 mars 2018.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *