N°006/2018 MARCHES PACIFIQUES DU COMITE LAIC DE COORDINATION DE L’EGLISE CATHOLIQUE PREVUES LE 25 FEVRIER 2018 EN RDCONGO : LA VSV REITERE SON SOUTIEN

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) réitère son soutien aux marches pacifiques des chrétiens prévues le 25 février 2018, par le Comité Laïc de Coordination (CLC) de l’Église Catholique sur toute l’étendue  de la République Démocratique du Congo (RDCongo) en vue d’exiger l’application intégrale de l’Accord de la Saint Sylvestre du 31 décembre 2016.

 

Tout en fustigeant les actes de barbarie perpétrés lors des marches antérieures contre les manifestants pacifiques, la VSV espère que cette fois-ci, les autorités congolaises, sans artifices, prendront des dispositions utiles et adéquates pour que les manifestants soient bien encadrés et sécurisés par les forces de l’ordre en lieu et place d’instrumentaliser ces dernières pour réprimer dans le sang les chrétiens et/ou les interdire d’accéder à leurs lieux de culte.

 

Bien que le droit de manifester pacifiquement soit reconnu à tout citoyen congolais par la Constitution de la RDCongo, la VSV pense que la marche  prévue le même  jour par les jeunes appartenant à l’« Alliance des kabilistes musulmans/PPRD » avec comme points de chute les différentes paroisses où les chrétiens devront commencer leurs marches pacifiques ne doit pas constituer une stratégie politicienne visant à occasionner les troubles et de nature à porter atteinte à l’intégrité physique et à la vie des manifestants ainsi que de la population. De leur côté, les jeunes leaders/PPRD ont annoncé qu’ils participeraient aux messes dominicales à l’issue desquelles les marches auront lieu.

 

La VSV craint non seulement une énième infiltration des marches pacifiques par des personnes aux objectifs autres que ceux des chrétiens et fidèles d’autres confessions religieuses en semant la désolation parmi les manifestants réputés pacifiques avec des troubles planifiés pour torpiller toute expression démocratique.

 

La VSV dénonce donc les veilles méthodes et pratiques de certaines autorités congolais en général et de certains cadres du PPRD  en particulier visant à instrumentaliser des jeunes en leur dotant des moyens matériels et financiers pour porter atteinte à l’intégrité physique d’autres congolais manifestant pacifiquement pour apporter leur contribution positive aux efforts de consolidation de la démocratie en République Démocratique du Congo.

 

En définitive, la VSV invite les autorités rdcongolaises en général et le Président de la République Démocratique du Congo en particulier de s’investir personnellement comme il l’avait promis lors de sa dernière conférence de presse tenue le 26 janvier 2018, pour qu’il n’y ait plus des morts ni des blessés parmi les manifestants.

 

Toutefois, au regard des violations massives commises lors des marches pacifiques précédentes, la VSV demande toutes affaires cessantes à la Cour Pénale Internationale (CPI) de renforcer ses dispositifs de monitoring sur terrain aux fins d’identifier les auteurs des violations des droits humains relevant de sa compétence et de lutter effectivement contre l’impunité en RDCongo.

 

Fait à Kinshasa le 23 février 2018.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *