N°031: AFFAIRE PASSEPORTS BIOMETRIQUES EN RDCONGO : LE GOUVERNEMENT INVITÉ A DELIVRER GRATUITEMENT LES PASSEPORTS BIOMETRIQUES A TOUS LES DETENTEURS DES PASSEPORTS SEMI-BIOMETRIQUES VALIDES

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) salue la question orale avec débat adressée au Vice-Premier Ministre, Ministre des Affaires étrangères et intégration régionale au sujet de la décision impopulaire mettant fin à dater du 16 octobre 2017, à la validité des passeports semi-biométriques en cours de validité dont certains  jusqu’en 2020.

La VSV salue aussi la convergence des vues des parlementaires contre ladite décision pour l’intérêt supérieur et  bien justifié de la population congolaise et ce, en mettant de côté leurs appartenances politiques respectives.

Par ailleurs, la VSV note également avec satisfaction le fait que les autorités congolaises aient  partiellement compris les réactions négatives de la population en prenant des mesures d’accompagnement ou d’allègement dont notamment la réduction du coût du passeport à cent dollars américains (100$) au lieu de cent quatre vingt-cinq dollars américains (185$) pour les détenteurs des passeports semi-biométriques valides jusqu’en 2019 et 2020, ainsi que la prolongation de la validité de ces  passeports jusqu’au 14 janvier 2018.

Toutefois, bien que constituant une petite avancée, les mesures ci-dessus sont injustes et discriminatoires en ce qu’elles n’ont pas pris en compte les détenteurs des passeports semi-biométriques dont la validité court jusqu’à la fin 2018. De même, les autorités auraient dû saisir cette opportunité pour réduire sensiblement le coût du passeport biométrique jugé trop élevé par rapport à celui exigé dans d’autres pays à travers le monde.

Face à la misère entretenue dans laquelle croupît la majorité de la population congolaise, la VSV demande au gouvernement de délivrer gratuitement et en toute responsabilité  les passeports biométriques à toutes les personnes détentrices des passeports semi-biométriques en cours de validité à défaut de revenir sur sa décision impopulaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *