N°027: TRAGEDIE DE KAMANYOLA AU SUD-KIVU: LA VSV CONDAMNE L’USAGE DISPROPORTIONNE DES ARMES DEVENU MONNAIE COURANTE EN RDCONGO

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est vivement choquée et condamne l’usage disproportionné des armes ayant occasionné, vendredi 15 septembre 2017,  la mort de plus de trente-cinq (35) réfugiés burundais ainsi que le meurtre d’un officier militaire congolais à Kamanyola, province du Sud-Kivu, à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDCongo).

Selon les informations parvenues à la VSV, un groupe des jeunes réfugiés burundais vivant en RDCongo s’étaient rendus au bureau de l’Agence Nationale de Renseignements (ANR) à Kamanyola pour protester contre une tentative d’extradition vers le Burundi de quatre (4) d’entre eux et exiger ainsi leur libération.

La situation a dégénéré au moment où les manifestants ont résisté avec de jet des pierres en direction des militaires FARDC qui voulaient les repousser avec des tirs de sommation.

Tout en condamnant la violence d’où qu’elle vienne, la VSV dénonce  avec la dernière énergie l’usage disproportionné des armes et la banalisation de la vie humaine devenue un mode de gestion des personnes en RDCongo.

Autant la vie de l’officier des FARDC est sacrée, autant la vie des refugiés burundais l’est également et aucun prétexte ne peut justifier les tueries de Kamanyola.

La VSV saisit cette occasion pour présenter ses condoléances les plus attristées aux familles de toutes les personnes ayant trouvé la mort à Kamanyola.

En définitive, la VSV joint sa voix à toutes celles qui se sont élevées pour exiger une enquête réellement indépendante et impartiale pour faire la lumière sur les circonstances réelles  de tueries des refugiés burundais et le meurtre de l’officier des FARDC afin que justice leur soit rendue et que les auteurs répondent de leurs actes.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *