N°016 LA VSV DENONCE LE SILENCE DES AUTORITES PROVINCIALES ET NATIONALES APRES LA DISPARITION DES INSPECTEURS DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, SECONDAIRE ET PROFESSIONNEL (EPSP)AU KASAI CENTRAL

LA VSV DENONCE LE SILENCE DES AUTORITES PROVINCIALES ET NATIONALES APRES LA DISPARITION DES INSPECTEURS DE L’ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, SECONDAIRE ET PROFESSIONNEL (EPSP)AU KASAI CENTRAL

 

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV)  est vivement préoccupée et consternée par la disparition forcée depuis le 29 avril 2017 de trois (3) inspecteurs de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP), du conseiller du ministre provincial de l’EPSP et du chauffeur du véhicule à bord duquel se trouvaient les précités. Il s’agit des inspecteurs Claudine Kapinga Muela, Muamba Zaina,  Simon Katende Nkita, du conseiller Louis Mbumba et du chauffeur du véhicule.

 

En effet, la délégation du ministère provincial de l’EPSP se rendait, à bord d’une jeep à Kafuba, chef lieu du secteur du même nom, territoire de Kazumba, Province du Kasaï-Central, qui est un centre d’examens d’Etat où les inspecteurs devraient  déposer des copies des épreuves de dissertation, édition 2017.

 

La disparition de ces cinq personnes a été constatée  deux  jours après que le véhicule les transportant ait été retrouvé intact à l’entrée du village Bayamba, situé à près de 7Km de Kananga, avec tous les biens à bord.

Depuis lors, les cinq (5) personnes ne font plus signe de vie.

Leurs membres de famille et autres proches restent désemparés et ne savent à quel saint se vouer d’autant plus que les autorités tant nationales que provinciales gardent un mutisme total sur leur disparition alors que les victimes étaient en mission de service de l’Etat Congolais.

 

La VSV craint pour la vie, la sécurité et l’intégrité physique de toutes les cinq (5) personnes dont les proches et membres des familles ne disposent d’aucune nouvelle depuis plus de deux mois.

 

La VSV demande aux autorités provinciales et nationales de tout mettre en œuvre en vue de retrouver sains et saufs les trois (3) inspecteurs, le conseiller et leur chauffeur. En outre, la VSV exige une prise en charge conséquente de toutes les familles des victimes concernées en attendant le retour de ces dernières dans leurs familles respectives.

Téléchargez en pdf

                                             

                                                             Fait à Kinshasa le 05 /07/2017

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *