PRESSE N°008/2021 – PROCES KALEV MUTOND EN RDCONGO : UN SIGNAL FORT CONTRE LES AUTEURS DES ARRESTATIONS ARBITRAIRES, DETENTIONS ILLEGALES, TORTURE ET TRAITEMENTS CRUELS, INHUMAINS OU DEGRADANTS

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV)  salue le début, ce lundi 03 mai 2021, au Tribunal de Grande Instance de Kinshasa-Gombe, du procès de M. Kalev MUTOND, ancien Administrateur Général de l’Agence Nationale des Renseignements (ANR) accusé par  certaines de ses anciennes victimes notamment M. Jean- Claude MUYAMBO et consorts d’arrestation arbitraire, torture et traitement inhumain ou dégradant  commis sous le règne de l’Ancien Président de la République, M. Joseph KABILA.

La VSV espère que ce procès ira jusqu’au bout pour que les victimes des violations des droits humains sus évoquées obtiennent des réparations conséquentes par rapport aux préjudices subis et que les auteurs répondent effectivement de leurs actes afin de contribuer à la lutte contre l’impunité dont jouissent les auteurs  des violations des droits humains en RDCongo.

Cependant, la VSV souhaite ardemment que le procès soit juste et équitable. La justice congolaise doit tout mettre en œuvre pour que tous les droits de l’ancien Administrateur Général de l’ANR,  M. Kalev MUTOND soient respectés.

La VSV saisit cette occasion pour rappeler aux autres autorités congolaises ou mieux aux Responsables des services de sécurité civils et militaires d’être de plus en plus conscients des missions que l’Etat congolais leur confie et de les remplir toujours dans le strict respect des droits de la personne humaine afin de se mettre à l’abri de toutes formes des poursuites et de mener une vie honorable et paisible à la fin de leurs fonctions.  

D’aucuns s’interrogent comment un homme aussi Puissant de l’ancien régime qui pouvait faire arrêter ou interpeller n’importe quel citoyen y compris des autorités hautement placées dont les Ministres, des Généraux, Colonels, etc puisse aujourd’hui fuir ou craindre la justice de son pays. Tout cela pourtant aurait pu être évité  s’il avait travaillé dans le strict respect des droits de l’Homme.

Le cas de monsieur Kalev MUTOND qui serait actuellement en cavale et  introuvable et qui fait l’objet d’un avis de recherche avec mandat d’amener ne constitue pas moins une grande interpellation pour toutes les autorités congolaises en général et les Responsables des services de sécurité en particulier qui abusent très souvent de leur pouvoir au lieu de l’exercer  pour le bien-être de la population.

Point n’est besoin de rappeler que les cas d’arrestations arbitraires et de détentions illégales sont le lot quotidien des congolaises et congolais en République Démocratique du Congo. Certains agents des services de sécurité se comportent souvent comme des bourreaux d’autres citoyens en qui ils ne reconnaissent souvent aucun droit lorsqu’ils sont appelés à les arrêter ou à les interpeller pour des faits parfois bénins nécessitant parfois des simples conseils ou pour des faits montés de toutes pièces pour leur nuire ou les réduire au silence .

Les faits reprochés à monsieur Kalev MUTOND notamment les arrestations arbitraires, détentions illégales, torture et traitements inhumains ou dégradants doivent être pris au sérieux car il ne se passe pas un seul jour sans que des personnes fassent l’objet de ces violations des droits humains dans les grandes villes de la RDCongo et surtout en provinces et dans les milieux reculés.  Il est important que les autorités congolaises à tous les niveaux s’engagent à  lutter effectivement contre l’impunité des auteurs de ces actes qui ont  souvent été à la base des violations des droits de la personne humaine.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *