COMMUNIQUE DE PRESSE N°035/RDC/VSV/CE/2020 RDCONGO : REPRESSION BRUTALE DE LA MARCHE PACIFIQUE ORGANISEE PAR ECIDE CONTRE LA BALKANISATION DU PAYS

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’homme (VSV) condamne la répression brutale par des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) de la manifestation pacifique organisée, ce mercredi 14 octobre 2020, par le parti politique de l’opposition Engagement Citoyen pour le Développement (ECIDé) sous la conduite de monsieur Martin FAYULU MADIDI, Président du parti.

Bien que les organisateurs aient informé le Gouverneur de la ville de Kinshasa, ladite manifestation a été interdite ce dernier qui a par la suite instruit la police pour disperser tout attroupement de plus de cinq (5) personnes.

La répression brutale des manifestants pacifiques a eu lieu sur boulevard Lumumba au niveau de la rivière Nsanga, commune de Kimbanseke et aussi au niveau du saut de mouton de Debonhome, commune de Matete et enfin à l’échangeur de Limete. 

Dans leur brutalité, des éléments de la police ont crevé Trois (3) pneus de la jeep à bord de laquelle se trouvait monsieur Martin FAYULU MADIDI. Des gaz lacrymogènes ont été lancés par des éléments de la PNC en direction des manifestants pacifiques rassemblés et agenouillés les mains en l’air au niveau de l’alimentation Kin Marché sise boulevard Lumumba, entre 16ème et 17ème rue. Encerclés par la police, plusieurs militants ont été interpellés, tabassés et leurs biens de valeur arrachés et emportés. C’est le cas à titre illustratif de :

  • M. Serge WELO, Secrétaire Général à la Jeunesse de l’ECIDé. Brutalisé et blessé au coude de la main droite ;
  • M. Alain BOLODJWA, interpellé et libéré quelques minutes après ;
  • M. PAAVI KINATA, Chargé de la mobilisation à ECIDé. Tabassé à coups de crosse d’armes et son téléphone Samsung S8 a été ravi et une somme de 35000 FC emportée ;
  • M. ZOLA TOKO, un téléphone portable ravi et un autre détruit méchamment ainsi que sa carte d’électeur a été ravie ;
  • M. LIPASA, battu à coups de crosse d’armes au flanc droit et à la jambe gauche. Il ressent des douleurs atroces ; 
  • M. Jacob LUFUTU, blessé au moyen d’une barre de fer à la jambe gauche ;
  • M. Christian OTSHUMBE, il a eu un choc à la jambe gauche en percutant le séparateur lorsqu’il a été pourchassé par des éléments de la police sur le boulevard Lumumba;
  • M. Dieu Merci YOLU, tombé dans un caniveau, rattrapé puis battu par un élément de la PNC ;  
  • Madame Joëlle KOMBE, journaliste d’un média en ligne, brutalisée et son téléphone extorqué ;
  • Madame KABOBA Evelyne, elle a été battue et a eu un choc au genou gauche lors de sa chute sur le pavé.    

La VSV dénonce fermement la systématisation par les éléments de la PNC de la destruction méchante des biens des particuliers (Le fait de trouer les pneus des véhicules, de détruire méchamment les téléphones des manifestants, etc).

La VSV rappelle aux autorités congolaises que le droit de manifester est garanti par les instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux. Elle dénonce également le non-respect par les autorités congolaises desdits instruments en matière de la jouissance de la liberté de manifester. Il est donc étonnant que les autorités congolaises interdisent régulièrement les manifestations publiques y compris celles organisées pour l’intérêt général de la RDCongo alors que les organisateurs prennent bien soin de les en informer 48 heures avant conformément à la Constitution de la République Démocratique du Congo.      

En définitive, la VSV invite le gouvernement congolais à :

  • Diligenter une enquête indépendante sur la répression brutale de la manifestation pacifique organisée par l’ECIDé et toutes les violations des droits humains commises à l’occasion par des éléments de la PNC;
  • Prendre en charge les soins médicaux de toutes les personnes blessées ;
  • Ordonner la restitution de tous les biens des manifestants extorqués par des éléments de la PNC dépêchés sur terrain ;
  • Mettre fin à la politique de répression des manifestations publiques pacifiques en RDCongo pour, entre autres, la consolidation de la démocratie et l’avènement de l’Etat de droit.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *