PRESSE N°032 – 2020 POUR DES MESURES DE SECURITE APPROPRIEES EN FAVEUR DU CENTRE DE SANTE REVOLUTION SIS COMMUNE DE KISENSO A KINSHASA AYANT FAIT L’OBJET D’ATTAQUE ET DE VIOL DES INFIRMIERES

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) exprime ses inquiétudes suite aux menaces d’actes de représailles dont fait l’objet le personnel du centre de santé et maternité Révolution sis commune de Kisenso à Kinshasa, capitale de la République Démocratique du Congo (RDCongo) de la part des membres de familles des criminels condamnés dans l’affaire de viol des infirmières, mardi 15 septembre 2020, par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Kinshasa/Matete.

Selon les informations recueillies par la VSV, les proches de ces condamnés et les autres criminels communément appelés kulunas en fuite ne jureraient que par l’élimination physique « d’un médecin ou d’un infirmier » pour se venger suite à la condamnation de leurs membres de famille. Il y a donc des craintes fondées des actes de représailles contre le personnel médical dudit Centre. Les craintes des actes de représailles sont d’autant plus grandes que les quelques éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC) commis à la sécurité du Centre de santé et maternité Révolution l’ont abandonné par manque de prise en charge de l’Etat congolais abandonnant ainsi le personnel dudit centre à son triste sort.  

Il sied de noter que la plupart des membres du personnel de ce Centre de santé sont bien connus et identifiés par les criminels et leurs membres de famille. Face à cet état de chose, certains d’entre eux  souhaiteraient leur permutation du personnel du Centre de santé et maternité Révolution vers d’autres Centres de santé ou hôpitaux en vue de garantir leur sécurité.

La VSV  dénonce la négligence des autorités congolaises en général et de la ville de Kinshasa en particulier qui ne prennent pas en compte les menaces sérieuses qui pèsent sur la vie du personnel du Centre de santé Maternité et Révolution ainsi que les biens matériels du Centre.  La VSV demande aux autorités congolaises d’agir de manière préventive en ce qui concerne la sécurité des personnes et leurs biens en lieu et place d’attendre la commission des violations des droits humains pour agir en aval.

La VSV demande également aux autorités congolaises de procéder rapidement à la mécanisation de tous les agents et fonctionnaires de l’Etat en général et en particulier des membres du personnel du Centre de santé et maternité Révolution qui rendent d’énormes et loyaux services à la RDCongo sans être payés alors qu’ils courent d’énormes risques mettant leurs droits fondamentaux en péril. La VSV rappelle aux autorités que le droit à un salaire décent est garanti par le Pacte International relatif aux droits socio-économiques.    

La VSV saisit cette occasion pour saluer la condamnation par le Tribunal de Grande Instance (TGI) de Kinshasa/Matete de trois (3) de ces nombreux criminels à la peine de 20 ans de prison et espère que tous les autres criminels en fuite seront sérieusement traqués, arrêtés pour qu’ils répondent de leurs actes.

Tout en félicitant les autorités congolaises pour tous les efforts fournis pour l’assistance multiforme et le réconfort moral aux infirmières violées du Centre de Santé et Maternité Révolution, la VSV exhorte les mêmes autorités à poursuivre la prise en charge totale de ces infirmières jusqu’à leur rétablissement total et complet en vue de leur permettre de reprendre leur travail dans un autre centre de santé une fois mécanisées sinon leur évacuation en dehors de la RDCongo.     

Pour rappel, la nuit du vendredi 11 à samedi 12 septembre 2020, une cinquantaine de délinquants communément appelés « Kuluna », munis d’armes blanches ont fait irruption dans le centre de santé et maternité  Révolution  où ils ont saccagé, volé plusieurs biens de valeurs, des outils médicaux, des produits pharmaceutiques, une somme importante d’argent et violé deux (2) infirmières de garde avant de disparaitre dans la nature. Il sied de relever que ces criminels ont agressé physiquement un médecin de garde, un gardien, une garde-malade et enlevé les perfusions des enfants internés en pédiatrie.

Eu égard à ce qui précède, la VSV recommande aux autorités rdcongolaises compétentes de :

  • Poursuivre les enquêtes en vue de mettre la main sur tous les autres criminels en fuite pour qu’ils soient arrêtés et présentés devant la justice pour qu’ils répondent de leurs actes conformément à la     loi ;
  • Prendre toutes les mesures nécessaires en vue de la sécurisation du centre de santé et Maternité Révolution et ses biens ;
  • Prendre toutes les dispositions utiles pour  la mécanisation urgente des membres du personnel  du centre de santé sus évoqué ;
  • Rééquiper de manière conséquente le Centre de Santé et Maternité Révolution après tous les préjudices subis.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *