PRESSE N°023 – 2020 RDCONGO : LA VSV SOUTIENT LA LETTRE DES SENATEURS AMERICAINS FAISANT ENTRE AUTRES ETAT DE LA PRISE EN OTAGE DU PAYS PAR L’ANCIEN REGIME DE JOSEPH KABILA KABANGE ET DEMANDE AUX AUTORITES CONGOLAISES DE DEVENIR DES HOMMES ET FEMMES D’ETAT

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) a lu avec attention et intérêt la lettre de quatre  (4) sénateurs américains adressée à MM. Steven T. Mnuchin, Secrétaire  au trésor et Michael R. Pompeo, Secrétaire d’Etat reprenant plusieurs points dont entre autres la corruption de haut niveau, la poursuite de « la prise en otage » de l’Etat Congolais par l’ancien Président Joseph Kabila et ses collaborateurs,  la violence perpétuée à l’Est de la RDCongo par les forces de sécurité et leurs mandataires armés.

Dans cette lettre, les Sénateurs américains soulignent que les Etats Unis ont une occasion historique de contribuer à relever les défis structurels  en RDCongo en travaillant avec des partenaires pour la mise en place des institutions démocratiques fortes particulièrement celles qui luttent contre la corruption et renforcent l’Etat de droit…Les efforts des Etats Unis  devraient se concentrer sur le démantèlement du système cléptocratique de l’ancien Président Joseph Kabila pour que les richesses de la RDCongo profitent aux Congolais.

Dans la même lettre, les Sénateurs américains ont salué l’ouverture de l’espace politique par le Président Félix Tshisekedi et son engagement à lutter contre la corruption. La lettre met également l’accent sur l’élargissement des sanctions financières ciblées à d’autres personnalités et entreprises impliquées dans la corruption de haut niveau, le détournement des fonds publics. Elle insiste sur les réformes électorales pour des élections crédibles en 2023 non sans souligner le fait que tous futurs élus (y compris un second mandat du Président Tshisekedi)  qui  viendraient au pouvoir par des moyens autres que par des  élections démocratiques crédibles n’auront pas le soutien des Etats Unis…

Réagissant à cette lettre des Sénateurs américains, certains membres de la commission des relations extérieures du Sénat Congolais demandent à leurs homologues Américains de ne pas interférer dans les affaires intérieures de la RDCongo.

Pour la VSV, toute interférence dans les affaires internes d’un Etat qui ne respecte pas les droits de ses citoyens est salutaire et rentre dans le cadre de l’universalité des droits humains et répond à l’aspiration profonde de la population congolaise à vivre dans la dignité à travers le respect de ses libertés et droits fondamentaux.   Les Sénateurs américains sont des êtres humains comme les congolaises et congolais et par conséquent, ils ont réagi pour contribuer au respect des droits de l’homme et au bien- être de ces derniers soumis à de nombreuses violations des libertés et droits humains, à l’insécurité, aux massacres… consécutifs aux maux soulignés dans leur lettre dont entre autres la corruption, le détournement des fonds publics, l’exportation illicite de l’or, le blanchement des capitaux, etc.

L’emprise de l’ancien régime de Joseph KABILA sur la RDCongo telle que déclarée par les Sénateurs américains est bien réelle et empêche effectivement le Président TSHISEKEDI qui doit tout faire pour s’émanciper totalement afin de matérialiser la lutte contre la corruption et celle contre l’impunité. Cette prise en otage de la RDCongo par l’ancien régime a été bien observée récemment par les tollés de protestation du FCC contre les nominations faites par le Président Felix dans la magistrature et dans l’armée alors que ces nominations ont été bien accueillies par la population.

La VSV demande aux autorités congolaises de devenir de vrais hommes et femmes d’Etat, seule voie royale pour mettre de côté leurs intérêts personnels et partisans pour enfin se mettre au service de la population congolaise. Les Sénateurs congolais, en lieu et place de critiquer leurs homologues américains, auraient dû soutenir la lettre de ces derniers qui devrait leur servir d’outils de réflexion pour explorer les voies et moyens de lutter effectivement contre l’impunité, la corruption à la base de beaucoup de violations des droits humains et surtout d’œuvrer pour les reformes électorales nécessaires pour des élections transparentes, libres et justes en 2023 en RDCongo.

La VSV rappelle aux autorités congolaises que seul le fonctionnement effectif d’un réel Etat de droit perceptible à travers entre autres la transparence dans la gestion des affaires publiques, l’obligation de rendre compte, la lutte contre la corruption, contre l’impunité, le respect de tous les droits humains et des valeurs démocratiques,… mettront fin aux ingérences extérieures  jugées salvatrices actuellement par la majorité des congolais paupérisés à souhait.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *