PRESSE N°018 – 2020 RDCONGO : LA VSV CONDAMNE FERMEMENT LES MASSACRES DES POPULATIONS CIVILES A KIPUPU ET EXIGE L’IMPLICATION PERSONNELLE DU CHEF DE L’ETAT POUR LE RETABLISSEMENT DE L’AUTORITE DE L’ETAT SUR L’ENSEMBLE DU TERRITOIRE NATIONAL

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) condamne fermement les massacres des populations survenus à Kipupu, territoire de Mwenga, province du Sud-Kivu, à l’est de la RDCongo dans la nuit du 16 au 17 juillet 2020 au cours desquelles plusieurs personnes ont été tuées et des bétails emportés lors de l’attaque perpétrée par des miliciens de la coalition Ngumino-Twagiraheno).  

Ces massacres qui révoltent toute conscience humaine rappellent ceux régulièrement perpétrés dans la province de l’Ituri au grand dam de la population meurtrie et abandonnée à son triste sort.

La VSV dénonce la banalisation de la vie humaine et ce, en violation du droit à la vie et du droit à la sécurité et au respect de l’intégrité physique reconnus à toute personne humaine conformément aux instruments juridiques nationaux, régionaux et internationaux des droits de l’homme.

Pour la VSV, il est temps que le Chef de l’Etat congolais passe aux actes plus concrets pour sécuriser le peuple congolais tel qu’il l’a promis lors de sa campagne électorale avant les élections présidentielle et législatives de 2018. La VSV espère que les nouvelles nominations par le Chef de l’Etat au sein des Forces Armées de la République Démocratique du Congo vont contribuer à la lutte effective contre l’insécurité à l’Est de la RDCongo et au rétablissement de l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire national.

La VSV saisit cette occasion pour demander au Chef de l’Etat d’ouvrir l’œil et le bon face aux agendas cachés des forces internes et externes visant à déstabiliser la République Démocratique du Congo et à prouver à la face du monde que l’actuel Président est incapable de diriger la RDCongo, grand pays au cœur de l’Afrique.

Elle demande également à la MONUSCO d’assumer et de remplir pleinement sa mission visant à sécuriser aux côtés des FARDC les populations civiles en RDCongo en mettant en place un mécanisme d’intervention rapide en amont en lieu et place des interventions tardives après les massacres des personnes.

Tout compte fait, la VSV exige du gouvernement rdcongolais :

  • L’ouverture sans délai d’une enquête réellement indépendante sur les massacres de Kipupu afin d’en établir toutes les responsabilités pour que les auteurs directs et indirects soient sévèrement sanctionnés et répondent de leurs crimes ;
  • L’amélioration des conditions socio-professionnelles des militaires des FARDC et la dotation conséquente en moyens et équipements afin de leur permettre de bien assurer leur mission de défendre les personnes et l’intégrité du territoire national.
  • Le renforcement de la présence des forces de sécurité dans la région en vue de prévenir de pareils massacres et d’autres violations des droits de l’homme ;
  • L’assistance d’urgence multiforme à toutes les victimes des massacres de Kipupu, province du Sud-Kivu.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *