PRESSE N°002 – 2020 RDCONGO : POUR LA LIBERATION PURE ET SIMPLE DE L’ANCIEN SYNDICALISTE JOSEPH KAPEPULA AUX ARRETS A LUBUMBASHI

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) demeure préoccupée par la détérioration de l’état de santé de M. Joseph KAPEPULA, ancien syndicaliste à la Société Nationale de Chemin de fer du Congo (SNCC) à Lubumbashi, province du Haut-Katanga et ce, consécutivement à son arrestation et sa détention depuis vendredi 10 janvier 2020, à l’Agence Nationale de Renseignements (ANR)/Lubumbashi.

Selon les informations parvenues à la VSV, l’ancien syndicaliste réputé pour sa forte mobilisation des travailleurs se trouve actuellement versé dans ses propres activités privées.

Peu avant son arrestation, soit mercredi 08 janvier 2020, M. Joseph KAPEPULA a réalisé une vidéo dans laquelle il déclare avoir été contacté par des habitants de la commune de Kapemba à Lubumbashi pour mobiliser la population en vue d’organiser une manifestation pacifique de protestation contre la persistance de l’insécurité. Le syndicaliste souligne qu’il n’arrive pas à s’expliquer que de nombreux bandits arrêtés par les forces de l’ordre et présentés à la presse soient en liberté alors que l’insécurité se révèle toujours grandissante.

Considérant pour sa part la persistance de l’insécurité comme preuve probante du laxisme des autorités vis-à-vis des malfaiteurs, M. Joseph KAPEPULA a conclu que la population victime devra s’assumer au travers des moyens pacifiques pour revendiquer son droit à la sécurité.

Il revient à la VSV que l’interception de la vidéo par des agents de l’ANR/Lubumbashi serait à l’origine de menaces téléphoniques dont fait l’objet l’ancien syndicaliste de la part des militants du Parti du Peuple pour la Reconstruction et la Démocratie (PPRD), jadis au pouvoir.

Dès le début de sa détention, soit vendredi 10 janvier 2020, M. Joseph KAPEPULA est entré en grève de la faim au cachot de l’ANR par crainte d’empoisonnement et à cause de l’interdiction de toute visite à son endroit à l’instar d’autres codétenus.

Sur ces entrefaites, l’état de santé de la victime a commencé à se dégrader précipitamment car souffrant de diabète. Toutefois, M. Joseph KAPEPULA soucieux de connaitre le plaignant à l’origine de son arrestation aurait appris que le mot d’ordre aurait été dicté verbalement par le Gouverneur de la province du Haut-Katanga.

Aux dernières nouvelles, pour prévenir le pire, la victime a été ensuite transférée par l’ANR au Parquet de Grande Instance de Lubumbashi.

Devant cette juridiction, Joseph KAPEPULA refuse d’être auditionné à l’absence du plaignant, qui serait le Gouverneur sus évoqué.

En définitive, tout en rappelant aux autorités rcongolaises compétentes que le droit à la sécurité des personnes doit être impérativement garanti à Lubumbashi, la VSV exige :

  • La libération pure et simple de M. Joseph KAPEPULA sinon l’organisation d’un procès juste et équitable, garantissant son droit à la défense en cas des griefs sérieux à charge ;
  • La cessation de tout trafic d’influence, toute politisation et instrumentalisation des services de sécurité et de l’appareil judiciaire comme jadis, alors que la paix sociale et la sécurité de la population se trouvent menacées ;
  • L’accès de la victime aux soins médicaux adéquats compte tenu de son état diabétique et aux visites ;
  • L’accès à l’alimentation appropriée, respectueuse de son régime alimentaire.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *