PRESSE N°036 – 2019 RDCONGO : SOS AU GOUVERNEMENT POUR UNE ASSISTANCE CONCRETE ET URGENTE EN FAVEUR DES SINISTRES DES INONDATIONS A KINSHASA ET EN PROVINCES

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) lance un S.O.S au Gouvernement pour une prise en charge réelle et effective en apportant une assistance concrète et urgente en faveur des dizaines de familles sinistrées suite aux inondations provoquées par les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la ville de Kinshasa ces derniers temps et dans certaines provinces.

 

Il s’agit principalement des habitants des quartiers Kinsuka Pompage et Kinsuka pêcheurs, dans la commune de Ngaliema et le quartier Kingabwa dans la commune de Limete à Kinshasa, ainsi que ceux de la province de l’Equateur, du Kasaï-Oriental, au Kongo Central… en République Démocratique du Congo (RDCongo).

 

S’agissant principalement de Kinshasa, il ressort des éléments recueillis sur terrain par les équipes d’enquêtes de la VSV que plusieurs dizaines de familles ont vu leurs maisons totalement inondées par les eaux du fleuve Congo qui ont dépassé leur cru renvoyant ainsi les eaux dans les habitations.

 

A Kinsuka pêcheur, au quartier Pompage et Kingabwa, des familles ont été contraintes d’abandonner leurs maisons et végètent depuis lors dans la nature sans aucune assistance réelle de l’Etat rdcongolais qui les vouent ainsi à leur triste sort en foulant ainsi aux pieds le droit au logement et à la sécurité des personnes sinistrées.

 

Il convient de noter que quelques sites de divertissement tels que Chez le Tintin, Delikate et des maisons des particuliers, plus précisément les habitations construites dans l’espace situé entre le lit du fleuve Congo et l’avenue Kutu, quartier Kinsuka Pêcheur à Kinshasa ont été également touchés. La Station de captage d’eau du centre de traitement des eaux de la REGIDESO de Lukunga, se trouve également sous les eaux rendant ainsi difficile l’approvisionnement en eau potable de la population.

 

Dans la commune de Limete, environ 40.000 personnes habitant le Quartier Kingabwa loti en 1974 et comprenant plusieurs localités et les secteurs Kingabwa Pêcheur et Source ainsi que Kingabwa Sans fil, Maman Nzenze, Grand Monde, Cité du Fleuve sont mêmement inondées et demeurent sans assistance et se trouvent abandonnées à leur triste sort comme s’il n’y avait pas de gouvernants en RDCongo. Dans ce Quartier, plus de 15.000 enfants sont exposés aux intempéries et à un environnement malsain, susceptible de les exposer à diverses épidémies.  De même, de nombreux élèves notamment ceux du Collège le Salut 3, du Complexe Scolaire Gloria situées sur l’avenue Fumunzala et des écoles environnantes ne savent plus se rendre à l’école suite aux inondations.

 

Au quartier Kingabwa Sans fil, des familles sont bloquées dans leurs maisons à cause de la présence des eaux et ne savent pas se déplacer. C’est le cas de Mme Eyanga avec son bébé de six (6) mois environ, domiciliée sur avenue Pêcheur n°27 et de M. Nongo Adolphe qui dort dans un salon de fortune  de sa maison construite en tôles à l’extrémité du quartier sur un tas d’herbes avec couchage flottant sur les eaux. Des avenues Bateke, Pêcheur, Makoko, Libinza sont inaccessibles à cause des eaux.

 

A Kingabwa Sans fil, deux écoles dont Manono, Dimuka sises avenue Bateke et Pêcheur sont inondées et les élèves ne savent pas y accéder. Dans ce quartier, une entreprise chinoise construite de façon anarchique bloque quatre (4) avenues empêchant ainsi les eaux de couler vers le fleuve Congo.

 

Au quartier Ndanu d’une superficie de 3,18 Km2, environ 35.000 habitants sont confrontés aux inondations. 78 avenues avec plus de 6.000 ménages comptent une seule entrée sur l’avenue Mwepu, un quartier enclavé avec plusieurs rues sans tracés et qui se terminent en impasse à cause des marécages.

 

Il se dégage un constat amer : les autorités brillent avec beaucoup de déclarations et promesses mais sans apporter une assistance conséquente à impact visible aux victimes tant d’inondations que des catastrophes naturelles dues aux éboulements et glissements de terre…

 

Tout compte fait, la VSV invite le Gouvernement rdcongolais à :

 

  • Apporter une assistance aux victimes en termes d’abris provisoires, fournitures en eaux potables, nourritures et médicaments, scolarisation des enfants dont les écoles sont inondées,…;
  • Fournir des embarcations de sauvetage pour l’évacuation des victimes bloquées dans leurs habitations inondées ;
  • Mettre sur pieds une Commission mixte de suivi des mesures initiées en faveur des sinistrés pour leur exécution effective, efficiente et sans faille ;
  • Procéder à la délocalisation de toutes les populations habitant les zones réputées à haut risque ;
  • Prendre des mesures préventives surtout en cette période où les pluies diluviennes s’annoncent abondantes en vue d’éviter le pire ;
  • Prendre en charge les soins médicaux des victimes des inondations ayant survécu aux catastrophes naturelles ;
  • Prendre en charge les funérailles et indemniser les victimes ou leurs membres de familles ;
  • Construire des digues le long des rivières pouvant déborder en vue de protéger les populations riveraines contre d’éventuelles inondations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *