PRESSE N°017 – 2019 RDCONGO : LA VSV INVITE LES AUTORITES A PRIVILEGIER LA PAIX ET LA RECONCILIATION NATIONALE AU SUJET DU DOSSIER DEPUTE NATIONAL HONORAIRE ZACHARIE BADIENGILA NE MUANDA NSEMI

La  Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) suit avec une  attention particulière le dossier du Député national honoraire Zacharie BADIENGILA Ne MUANDA NSEMI, chef du parti politico-religieux Bundu Dia Mayala (BDM) relativement à sa réapparition en public à Kinshasa lundi 06 mai 2019, lors d’une conférence de presse organisée par le Président du Conseil National du Suivi de l’Accord de la Saint Sylvestre (CNSA), M. Joseph OLENGANKOY.

 

Pour rappel, le député national honoraire Ne MUANDA NSEMI, très critique du pouvoir de l’ancien Président Joseph KABILA a été arrêté le 03 mars 2017 par des éléments de la Police Nationale Congolaise (PNC). Il avait été poursuivi pour  « outrage au Chef de l’Etat Joseph KABILA et incitation à la violence » avant d’être placé en détention à la Prison Centrale de Makala (PCM) jusqu’au jour de l’évasion massive et spectaculaire  le 17 mai 2017 de cet établissement carcéral.

Peu après sa réapparition en public à la date sus indiquée, Ne MUANDA NSEMI est retourné en clandestinité forcée consécutivement aux instructions données à la PNC par le Vice-premier Ministre et Ministre ad intérim de l’Intérieur, M. Basile OLONGO pour l’arrêter et le replacer en détention à la PCM, en attendant l’issue de son dossier judiciaire.

Pour la VSV, quels que soient les actes répréhensibles qu’on peut reprocher à  Ne MUANDA NSEMI, les contraintes contextuelles liées à la paix et la réconciliation nationale devraient prévaloir sur toute autre considération afin d’éviter  que  l’intéressé retourne à la PCM pour y être replacer en détention ou être obligé  de rentrer en clandestinité forcée.

 

Les présumés actes infractionnels pour lesquels le Président de BDM est poursuivi par la justice ne sont pas pires que les gravissimes violations des droits humains commises en toute impunité par des seigneurs des guerres et des auteurs d’assassinats et massacres ainsi que  plusieurs fosses communes disséminées dans certaines provinces de la République Démocratique du Congo (RDCongo).

 

Tout en réaffirmant son soutien inébranlable au combat contre l’impunité, la VSV invite les autorités rdcongolaises à prendre en compte le contexte politique actuel afin de permettre au Président du CNSA, M. Joseph OLENGANKOY de conduire à bon port les différentes actions entreprises judiciairement et politiquement quant au dossier « Ne MUANDA NSEMI ».

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *