PRESSE N°006 – 2019 RDCONGO : LA VSV CONTRE L’ARRESTATION ET MAUVAIS TRAITEMENTS INFLIGES AU JOURNALISTE STEVE MWANYO IWEWE DE LA RADIO TELEVISION SARAH (RTS), A MBANDAKA, PROVINCE DE L’EQUATEUR

La Voix des Sans Voix pour les droits de l’homme (VSV) exprime ses vives inquiétudes et proteste vigoureusement contre l’arrestation et mauvais traitements infligés à monsieur Steve Manyo Iwewe, journaliste à la Radio Télévision Sarah (RTS), station émettant à Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur, lors de son interpellation mercredi 27 février 2019 par des éléments commis à la sécurité du gouverneur  de la province , monsieur Bobo Boloko Bulumbu alors que le journaliste couvrait une rencontre entre l’autorité provinciale et les agents de la Coordination provinciale du ministère de l’Environnement.

 

En effet, les agents précités réclamaient la rétrocession de 5% des frais de fonctionnement de la coordination non versés depuis plusieurs mois. Après son interpellation, M. Steve Mwanyo Iwewe a été conduit d’abord à l’Inspection provinciale de la Police Nationale Congolaise (PNC)/ Mbandaka où il a été entendu sur procès-verbal par un officier  de la Police Judiciaire (OPJ).

Son appareil enregistreur a été confisqué avant qu’il ne soit acheminé au Parquet de Grande Instance de Mbandaka. Le même jour, une audience en procédure de flagrance a été organisée devant le Tribunal de Paix de Mbandaka qui poursuit le journaliste d’ «outrage à l’autorité » du fait de son refus d’obéir à une injonction faite par M. Didier Botefedja, porte-parole du gouverneur de la province, de ne pas filmer cette action.

 

Selon les informations parvenues à la VSV, l’audience a été reportée à cause de l’état de santé préoccupant du journaliste suite aux sévices corporels subis de la part des policiers. Malgré son état de santé préoccupant, la victime est actuellement en détention à la Prison Centrale de Mbandaka.

Il revient à la VSV que l’arrestation suivie des traitements cruels, inhumains ou dégradants infligés au journaliste de la RTS s’inscrit dans la logique d’intimidation à l’endroit des professionnels des médias de la province, bien que cela soit de nature à priver la population de son droit à l’information.

 

Somme toute, la VSV invite les autorités rdcongolaises et surtout le Gouverneur de la province de l’Equateur à :

  • Procéder sans atermoiement, à la libération du journaliste ;
  • Garantir la liberté de la presse conformément aux Instruments juridiques internationaux en la matière;
  • Indemniser la victime pour les préjudices subis.

Fait à Kinshasa, le 01 mars 2019

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *