N° 014 : SUCCESION DES ATTAQUES ARMEES DES PRISONS ET CACHOTS SUIVIES DES EVASIONS EN RDCONGO : LA POPULATION CRAINT UN AGENDA CACHE D’UN PLAN D’INSECURITE GENERALISEE

SUCCESION DES ATTAQUES ARMEES  DES PRISONS ET CACHOTS SUIVIES DES EVASIONS EN RDCONGO : LA POPULATION CRAINT UN AGENDA CACHE D’UN PLAN D’INSECURITE GENERALISEE

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est vivement préoccupée par la récurrence des attaques armées des prisons et  autres lieux privatifs de liberté suivies des évasions  massives des prisonniers et des détenus parmi lesquels des criminels en République Démocratique du Congo (RDCongo) occasionnant ainsi des morts et des blessées.

La dernière illustration en date est l’attaque armée  en plein jour suivie de l’évasion des détenus du cachot du district de la Police Nationale Congolaise (PNC) de Kinshasa dans la commune de Kalamu, ce jeudi 29 juin 2017 à la veille de la commémoration du 57ème anniversaire de l’accession de la République Démocratique du Congo à l’indépendance.

 Selon les informations parvenues à la VSV, les assaillants  ont usé des armes à feu  tirant ainsi plusieurs coups des balles, et ce, avant de libérer des personnes détenues dans les cachots.

La VSV déplore cette énième attaque armée perpétrée en pleine journée à proximité de la place victoire, à un endroit très fréquenté par la population et  divers agents des services de sécurité qui y tracassent souvent et sans cesse des paisibles citoyens.

C’est ici l’occasion pour la  VSV de rappeler qu’il incombe au premier chef aux autorités congolaises d’assurer la protection des personnes et de leurs biens. Face à cette défaillance de protection de la population, d’aucuns  s’interrogent sur la vraie origine de la récurrence des attaques armées suivies des évasions sans que les autorités congolaises aient eu à prendre des mesures de sécurité appropriées quant à ce.

 De même, le déficit d’anticipation de la part des autorités congolaises, services de sécurité et de forces de l’ordre pour contrer ou empêcher de telles opérations armées menées contre des prisons telles celles de Makala et de Béni ainsi que le district de la PNC/FUNA dans la commune de Kalamu en plein jour commence à susciter des interrogations au sein de la population qui se demande s’il ne s’agirait pas des opérations réfléchies et montées pour semer le chao dans l’avenir avec l’insécurité en éloignant ainsi toute perspective d’organisation des élections avant décembre 2017.

 En définitive et compte tenu de la succession des faits liés aux évasions spectaculaires dans les prisons et autres cachots de la RDCongo, la VSV invite les autorités congolaises notamment le Président de la République, le Vice-Premier Ministre en charge de l’Intérieur,  le Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, le Procureur Général de la République à tout mettre en œuvre pour mettre fin à ces évasions auxquelles les populations congolaises ne croient plus et craignent plutôt un agenda caché pour une insécurité généralisée.

 

Fait à Kinshasa le 29 juin 2017

Téléchargez en pdf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *