N°11 : DES EVASIONS DE PLUS EN PLUS SUSPECTES DES PRISONNIERS ET DES DETENUS EN RDCONGO

DES EVASIONS DE PLUS EN PLUS SUSPECTES DES PRISONNIERS ET DES DETENUS EN RDCONGO

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme (VSV) est préoccupée par des évasions des prisonniers et des détenus en République Démocratique du Congo (RDCongo). En moins d’un mois, soit du 17 mai au 11 juin 2017, cinq (5) évasions ont eu lieu dans différentes prisons de la RDCongo dont la dernière en date est celle de la prison de Beni, province de Nord-Kivu où neuf cent trente (930) pensionnaires se sont évadés sur neuf cent soixante six (966). Cette évasion assortie des morts d’hommes dont les gardiens de la prison comme celle qui a eu lieu à la Prison Centrale de Makala (PCM) à Kinshasa inquiète de plus en plus l’opinion publique qui se demande à quelle prison le prochain tour.

L’inquiétude de la population consécutivement à toutes ces évasions est de plus en plus croissante dès lors que parmi les évadés se trouvent des criminels très dangereux et susceptibles de reprendre leurs sales besognes  dans leurs milieux respectifs.  

Au regard de ces évasions respectives devenues récurrentes et susceptibles de contribuer à l’augmentation de l’insécurité sur l’étendue de la République Démocratique du Congo en sus des violences dans le Kasaï et à l’Est, d’aucuns se demandent s’il n’y aurait pas existence d’un agenda caché visant à menacer la paix et la stabilité dans le seul but d’éloigner ainsi toute perspective d’aboutissement heureux du processus électoral avant la fin du mois de décembre 2017.  

La VSV rappelle aux autorités congolaises leur obligation de protéger les personnes et leurs biens et de garantir la sécurité sur l’ensemble du territoire congolais à travers une restauration effective de l’autorité de l’Etat partout ou elle fait défaut.

Tout en exigeant des autorités congolaises l’amélioration des conditions de détention dans les toutes prisons de la RDCongo et les autres lieux de détention, la VSV les invite à :

  • Renforcer les mesures de sécurité sur l’ensemble du territoire national afin de garantir l’aboutissement heureux du processus électoral dont entre autres, l’organisation de l’élection présidentielle avant fin décembre 2017 ;
  • Diligenter une enquête sérieuse et indépendante sur ces évasions successives afin d’en faire toute la lumière nécessaire et d’en établir les responsabilités;
  • Allouer des moyens matériels et financiers conséquents dont un salaire décent au personnel pénitentiaire et aux forces de l’ordre commis à la sécurité des prisons et autres lieux de détention.

 

Fait à Kinshasa, le 14  juin  2017

Téléchargez en pdf

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *